Minéraux terres rares : la Chine au devant de la scène

Publié le par Cristal

SHANGHAI - Le gouvernement chinois a annoncé lundi la création d'une association regroupant les producteurs de terres rares, alors qu'il est critiqué par ses partenaires commerciaux pour les restrictions à l'exportation de ces minéraux indispensables dans les hautes technologies. 

Les Etats-Unis, l'Union européenne et le Japon ont porté plainte devant l'Organisation mondiale du Commerce le mois dernier, arguant que l'industrie chinoise du secteur cherchait à profiter de sa position de quasi-monopole. 

La Chine extrait à elle seule plus de 95% des terres rares de la planète. Il s'agit d'un groupe de 17 minéraux possédant des propriétés chimiques et électromagnétiques proches, servant à fabriquer entre autres ordinateurs, écrans, matériel audio, caméras et appareils photo, pièces automobiles, ampoules ou piles. 

L'Association chinoise des producteurs de terres rares, composée de 155 membres, a été mise sur pied dimanche à Pékin, a annoncé dans un communiqué le ministre de l'Industrie et des technologies de l'information. 

Le but de l'association est de promouvoir un développement sain du secteur, selon le vice-ministre chinois de l'industrie, Su Bo, de mettre de l'ordre dans l'industrie et de renforcer la protection environnementale. 

La Chine cherche à tirer plus de bénéfices des terres rares en développant les industries de transformation de ces minerais. Le gouvernement veut aussi encourager la formation de grands groupes dans le secteur, et a déjà fermé les installations de plusieurs petits producteurs. 

L'association, qui compte parmi ses membres des géants comme China MinMetals ou le producteur d'aluminium Chalco, a également pour mission de régler les conflits commerciaux avec l'étranger, a rapporté sans plus de détails l'agence Chine nouvelle. 

Le chef de l'association, Gan Yong, a annoncé la mise en place d'un mécanisme raisonnable de régulation des prix, a encore rapporté l'agence officielle. 

Les partenaires commerciaux de la Chine l'ont accusée de chercher à faire monter les prix et de forcer les entreprises étrangères du secteur à se relocaliser en Chine pour gagner un accès aux terres rares. 

Les quotas d'exportation chinois ont été fixés à environ 30.000 tonnes pour 2012, soit à peu près le même niveau qu'en 2011. 


(©AFP / 09 avril 2012 09h21)

 

Terres rares - tableau des éléments
 
 
 

Premier fournisseur mondial de terres rares (95 % de la production), la Chine limitera ses exportations à 10 546 tonnes au premier semestre 2012, soit 27 % de moins qu’au premier semestre 2011. Hautement stratégiques, mais extrêmement polluants à extraire, ces 17 minéraux aux propriétés uniques - tels que le cérium, le scandium, le néodyme, le terbium, les lanthanides, etc. - sont indispensables à la fabrication des appareils électroniques modernes : téléphones portables, ordinateurs, satellites, tablettes tactiles, etc.

Officiellement, le gouvernement chinois souhaite « protéger la demande internationale et maintenir la stabilité des réserves de terres rares ». Mais les objectifs de cette restriction de quota sont tout autres : augmenter les revenus de la Chine en créant une pénurie. Utiliser cette pénurie comme une arme économique face à ses principaux clients : Etats-Unis, Europe et Japon.

Le coût d’extraction aux Etats-Unis et en Australie, les deux principaux producteurs du monde occidental, est bien plus élevé qu’en Chine (où les conditions de travail sont déplorables). La Chine renforce ainsi sa compétitivité dans la fabrication des équipements électroniques.

C’est la deuxième fois en 12 mois que la Chine restreint aussi drastiquement ses quotas. Jusqu’à présent, elle réduisait ses exportations de 5 % à 10 % par an depuis 2006. Cette pénurie organisée pousse les pays gros consommateurs à ouvrir à nouveau des mines (Australie, Canada, Etats-Unis).

Nul doute que les chinois sauront rouvrir le robinet de l’exportation dès que les pays occidentaux auront finalisé leurs investissements, grevant ainsi un peu plus leur compétitivité par rapport à la Chine… En attendant, c’est une aubaine pour le développement de l’économie circulaire dans les pays occidentaux.

Pour en savoir plus : Terre-rares les enjeux du BRGM

 

Publié dans Actualités

Commenter cet article