Diamants : Etat Unis - Zimbabwe, la "couverture" des droits de l'homme comme prétexte au chantage.

Publié le par Cristal

Afrique australe - Zimbabwe

Mine de Murowa


Pierres précieuses - Le Zimbabwe, un producteur mondial de diamants émergent, a accusé lundi les Etats-Unis de tenter de nuire au secteur national des pierres précieuses en lui bloquant l'accès aux marchés internationaux sous prétexte de violations des droits de l'Homme. Les deux pays sont dans l'impasse politique depuis des décennies, les Etats-Unis accusant le régime du président Robert Mugabe de ne pas appliquer la démocratie et de violer les droits de l'Homme.

Les Etats-Unis sont à l'avant-garde des efforts visant à priver l'accès des diamants zimbabwéens aux marchés internationaux, en alléguant que les soldats qui gardent les gisements nouvellement découverts dans l'Est du pays tuaient des civils.

Le commerce du diamant est strictement réglementé après que les produits de la vente des pierres précieuses ont été utilisés dans les années 90 par les groupes rebelles au Liberia, en Sierra Leone, en Angola et en RD Congo pour financier des insurrections meurtrières.

Washington a fait pression pour que les pierres précieuses du Zimbabwe soient classées comme des diamants de la guerre et par conséquent interdits, des tentatives que Harare estime motivées par des considérations politiques.

En s'exprimant avant une réunion décisive cette semaine à Washington du Programme de Certification du Processus de Kimberley (KPCS), le régulateur de l'industrie du diamant, le ministre zimbabwéen des Mines, Obert Mpofu, a déclaré que son pays allait mobiliser les autres producteurs africains et du Tiers-Monde pour qu'ils résistent aux tentatives des Etats-Unis d'inclure les droits de l'Homme dans le régime du commerce mondial du diamant.

Washington vise à élargir la définition des 'diamants de conflits' au cours de cette réunion pour y inclure les violations des droits humains, une tentative que le Zimbabwe considère comme une menace pour son secteur des pierres précieuses.

'Ils veulent, par exemple, inclure de prétendues notions des droits de l'Homme qui sont totalement étrangères aux objectifs du KPCS. Nous allons nous y opposer', a déclaré M. Mpofu.

Il a déclaré que le Zimbabwe, qui jouit généralement du soutien de la majorité des producteurs africains de diamant dans sa querelle avec Washington, est confiant dans le maintien de ce soutien et le rejet de la tentative des Etats-Unis à élargir la définition des diamants de conflits lors de cette réunion.

Le Zimbabwe a récemment découvert ce qui est considéré comme les plus importantes réserves de diamants du monde et son gouvernement insiste sur le fait qu'elles devraient être exclusivement exploitées par des sociétés nationales.

Cette interdiction faite aux sociétés étrangères d'exploiter ces réserves semble être derrière la tentative des Etats-Unis de priver les pierres précieuses du Zimbabwe d'un accès aux marchés internationaux.

Source : 

Panapress 05/06/2012

Commenter cet article