Comment se forment les cristaux des comètes ?

Publié le par Cristal

BE Hongrie 22 >> 22/06/2009

Espace
Comment se forment les cristaux des comètes ?

 



 

Une équipe de chercheurs hongrois, néerlandais et allemands ont observé le phénomène de cristallisation de particules de silicate à la suite de l'éruption stellaire d'une jeune étoile. Ils ont détecté au cours de l'éruption de 2008 (des éruptions de cette intensité ne se produisent qu'environ tous les 50 ans) des caractéristiques dans le domaine infrarouge permettant d'émettre l'hypothèse de la présence de cristaux sur la surface poussiéreuse et gazeuse de l'étoile EX Lupi. Ce résultat est très surprenant puisque des clichés pris de l'astre au repos ne présentaient pas ces caractéristiques.

Jusqu'à présent, les chercheurs avaient imaginé la combinaison de deux scénarios permettant d'expliquer la présence de cristaux dans les nébuleuses de jeunes étoiles ainsi que dans les comètes. D'une part, si elles sont soumises, sur une période assez étendue, à une très forte chaleur, les particules se trouvant à l'extrémité du disque stellaire peuvent se cristalliser. De plus, les ondes issues du déplacement de corps plus volumineux à l'intérieur du disque peuvent exciter ces particules et les amener à une température assez élevée pour permettre la cristallisation. Une fois l'onde passée, les particules refroidissent très vite.

Cependant, les résultats observés ne peuvent s'inscrire dans aucun de ces scénarios. Grâce au télescope Spitzer, les chercheurs ont pu comparer les états d'Ex Lupi en 2005 et en 2008 (après l'éruption de 2008). En 2005, l'anneau entourant cette étoile était constitué de particules amorphes de silicate, alors qu'en 2008, juste après l'éruption, au moment où l'astre était encore 30 fois plus lumineux qu'en état de repos, ils observaient la présence de cristaux. Or, après analyse, il ressort que ces cristaux sont à une température extrêmement élevée, ce qui écarte l'hypothèse de l'onde excitatrice exposée plus haut, puisque si cette onde était à l'origine de la cristallisation, les cristaux auraient du refroidir beaucoup plus vite. Il s'agit donc d'un phénomène inexpliqué.

 

 

Enfin, ils attirent l'attention sur l'absence du même type de cristaux dus à l'éruption connue de 1955-56, phénomène qui reste également énigmatique.

Pour en savoir plus, contacts :

P. Abrahám, A. Juhász, C. P. Dullemond, A. Kóspál, R. van Boekel, J. Bouwman, Th. Henning, A. Moór, L. Mosoni, A. Sicilia-Aguilar, N. Sipos
Nature 459, 227-229 (14 May 2009)

Code brève
ADIT : 59605

Source :

La revue Nature

Commenter cet article